Archives de Catégorie: Histoire

Honneur aux héros de l’Armée rouge et de la Résistance. Photos du 9 mai en Moldavie.

Le 9 mai est Den Pobedy (le Jour de la Victoire), le moment de célébrer le souvenir des 8 millions de soldats et de résistants soviétiques qui ont laissé leur vie dans cette « guerre sacrée ».

L’Armée rouge a été la cause de 95% des pertes nazies et la victoire a été payée au prix du sang, de la mort et des larmes.

Que personne ne soit oublié, que rien ne soit oublié.

Ici, on ne parle pas d’anciens combattants, mais de héros. On les remercie, on les honore et on les aime. Loin des cérémonies officielles, tout un peuple se souvient, chacun entretient la mémoire de la nouvelle génération.

Quelques photos prises sur le vif, hier, à Chisinau :

(Cliquer sur une photo pour l’agrandir)

D’autres articles sur ce thème (et sur d’autres sujets moldaves) bientôt. Pour être prévenu par email de leur mise en ligne, vous pouvez vous abonner (gratuitement) à ce blog. Voir en haut de la page, à droite.

Publicités

Un vétéran de la Seconde Guerre mondiale, qui remercie la France.

En me promenant au centre de Chisinau, rue Pouchkine, j’ai croisé ces deux hommes. Le monsieur qui porte des lunettes est un héros de la guerre contre le fascisme, son « placard » de décorations est impressionnant. Tous deux ont fièrement épinglé le ruban de la Victoire (ruban de St Georges), comme de plus en plus de monde ici, en prévision de la grande fête de la Victoire, le 9 mai.

Ce monsieur a tenu à remercier la France pour sa participation au combat contre les fascistes !

J’espère que ce propos, aussi modeste que gentil et sincère, encouragera ceux qui, en France aussi, s’engagent pour que l’oubli et le mensonge révisionniste ne recouvrent pas la gloire des combattants.

Un vétéran moldave de la guerre contre le fascisme.

Un vétéran moldave de la guerre contre le fascisme.

Victoire sur la barbarie nazie : en Moldavie, la fête est déjà commencée :)

La victoire de la civilisation sur la fabrique de l’horreur sera fêtée le 9 mai, comme tous les ans.

En Moldavie, certains jeunes ont déjà commencé à honorer soldats et partisans : une sympathique manifestation a eu lieu au centre ville, aujourd’hui, 4 mai. Un grand ruban de la Victoire a été déployé tout le long de la place principale, en face du palais du Gouvernement.

Lors de la Seconde Guerre mondiale, la Moldavie a participé à l’écrasement du fascisme par l’Armée rouge. Ici, on sait se souvenir de ceux qui ont donné tant de sang et de larmes pour que, aujourd’hui, on puisse fêter leur victoire avec le sourire.

En 2009 (déjà !), j’avais publié un petit reportage sur le fête du 9 mai à Chișinău. J’y mentionnais la forte impression que m’avait laissée la reconnaissance exprimée pour les anciens, y compris par les plus jeunes. Vous pouvez lire ce reportage sur le 9 mai ici (et découvrir les photos). J’espère vous en proposer un nouveau dans quelques jours.

La tradition du Ruban de St Georges (ruban de la Victoire), à bandes oranges et noires (de gueules et de sable, diraient d’autres…) se développe d’année en année. Ce ruban est porté à la boutonnière, sur la sangle d’un sac, au poignet, dans les cheveux… pour célébrer à la fois la joie de la Victoire et le souvenir des combattants qui l’ont permise. On le voit aussi attaché au rétroviseur ou à l’antenne des voitures. J’espère qu’en France on verra bientôt ce symbole, à l’approche de l’anniversaire de la Victoire.

Après la manifestation, de petits groupes se sont répartis dans la ville, proposant des rubans à ceux, nombreux, qui souhaitaient les porter.

Quelques photos :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Moldavie, 23 février : « Merci, grand-père, pour la Victoire ! »

Moldavie, 23 février : « Merci, grand-père, pour la Victoire ! »

Le 23 février est la date anniversaire du décret portant création de l’Armée Rouge. C’est maintenant le jour du défenseur de la Patrie, qui joue, en Russie, un rôle un peu complémentaire de celui du 8 mars, le jour de la Femme.
La Moldavie n’a pas oublié sa courageuse participation au combat contre le nazisme de l’ensemble des peuples soviétiques et, en cette occasion, un petit-fils anonyme à garé ce side-car historique à l’angle du boulevard Stefan-cel-Mare et de la rue Ismaïl. On peut y lire, à l’arrière : « merci, grand-père, pour la Victoire » — la Victoire (Pobeda) avec une capitale est évidemment celle qui a vu 85% du potentiel militaire des fascistes (allemands et leurs alliés) détruit sur le front de l’Est. À l’avant est écrit : « Pour la Mère patrie (rodina), 1941-45. »
Combien de petits-fils de partisans et FFL français rendront un tel hommage à leur grand-père ?

23 février : "Merci, grand-père, pour la Victoire." (side-car soviétique)

23 février : "Merci, grand-père, pour la Victoire." (side-car soviétique)

Chisinau, Moldavie : la statue de Pouchkine prise pour cible

%d blogueurs aiment cette page :