Archives du blog

Chisinau – Tiraspol : début de réchauffement des relations ? La Transnistrie supprime les droits de douane spéciaux.

Les « droits de douane » spéciaux sur les marchandises « importées » du reste de la Moldavie vient d’être supprimé unilatéralement par la partie transnistrienne.

L’une des premières décisions du nouveau président de la province sécessionniste, Eugène Chevtchouk, aura donc été de supprimer la taxe de 100% sur les marchandises produites dans le reste de la Moldavie. Cette suppression va dans le sens d’un jeu « gagnant-gagnant » avec Chisinau. Le récent changement de pouvoir en Transnistrie pourrait peut-être faciliter un rapprochement entre les deux parties de la Moldavie, en conflit depuis une vingtaine d’années.

Cette taxe spéciale avait été mise en place en 2006 par le précédent président de la PMR, Igor Smirnov, en réponse à une tentative d’isolement de la province sécessionniste par Chişinău et l’ancien pouvoir ukrainien, celui de Iouchtchenko.

Poste frontière de la PMR

un "bureau de douane" transnistrien

Publicités

Transnistrie, 25 décembre 2011 : second tour des élections présidentielles

Les estimations recueillies sur place donnent Chevtchouk (Шевчук) gagnant de façon assez nette. La participation serait en forte baisse.

Au second tour, il n’y a pas de taux de participation minimum pour valider les élections. Il y aurait annulation si l’option « contre tous les candidats » arrivait en tête, ce qui est peu imaginable.

Plus d’informations bientôt dans cet article. Un commentaire sera posté pour les signaler.

Suite :

Retour à Tiraspol’ pour le second tour des élections présidentielles.

Je vous avais rapporté quelques impressions du premier tour des élections (voir cet article). Aujourd’hui, retour sur place pour le second tour.

Voyage aller en taxi pour changer un peu (un peu plus de 15 euros). Rien de neuf à signaler, sauf que le conducteur préfère faire le plein de GPL à Chişinău qu’à Tiraspol‘. Il dit que le carburant est beaucoup moins cher ici. Retour en minibus : rien de particulier à signaler non plus, sauf qu’un voyageur ayant dépassé l’heure limite de son « visa » est invité à descendre du bus pour un contrôle, il y va avec le sourire et revient cinq minutes plus tard, toujours souriant.

Petite visite de quelques bureaux de vote. Seuls changements notables :

  • Il y a deux candidats au lieu de six (c’est le second tour !) ;
  • Certains bureaux qui diffusaient de la musique de variété à l’extérieur ne le font plus (d’autres continuent de le faire).

En dehors de ça, à part le bris de deux « sucettes » d’affichage vite réparées (il y avait encore des éclats de verre par terre), Tiraspol’ continue de ressembler à une tranquille petite ville de banlieue par un dimanche d’hiver. Une photo sera bientôt ajoutée à cet article. Photo ajoutée en bas de page.

À noter : très bons sushis, à des prix plus intéressants qu’à Chisinau, rue du 25 Octobre, dans un resto tout neuf 🙂

Aucune tension n’est perceptible, pourtant les gens s’attendent à des changements dans la province indépendante : « En bien ou en mal, qui peut savoir ? »

Comment se fait-il qu’un outsider comme Shevchuk (Biographie, en russe, d’Eugène Chevtchouk / Евгений Васильевич Шевчук) puisse arriver en tête des élections (imaginez Marine Le Pen ou Jean-Luc Mélenchon gagnant en France en 2012 !) ? Plusieurs réponses sont données. Il ne m’est pas possible de savoir si elles sont seulement celles des personnes rencontrées ou si elles seraient aussi proposées par beaucoup de gens :

  • usure du pouvoir, Smirnov est président depuis 20 ans et la nouvelle génération n’a pas connu la guerre ;
  • Smirnov a tenu toutes ses promesses et il n’en a pas de nouvelles, il faut passer à quelque chose de neuf (je conçois que l’argument puisse paraître surréaliste en France) ;
  • Chevtchouk est un enfant du pays, ça inspire confiance ;
  • Kaminskij a pu apparaître comme un « clone » de Smirnov, du fait de ses liens (réels ou supposés) avec le groupe commercial Sheriff…

Je ne me risquerai pas à des prévisions relatives aux conséquences de ces élections, la situation est bien trop complexe ici. Mais vous aurez des infos… s’il y en a.

A bientôt. 🙂

Claude.

PS : Vous pouvez trouver plus d’informations locales en français sur ce site : http://radiopmr.org/golos/list/7/

L'une des deux "sucettes" vandalisées

L'une des deux "sucettes" vandalisées

Chisinau, Moldavie : deux affichettes insolites

Voici une affichette qui surprendra pas mal de Français et qui est fréquente ici, et aussi dans la plupart des pays des Balkans. Celle-ci a été photographiée à l’entrée d’un musée, à Chisinau.

On est prié de laisser son flingue au vestiaire

Affichette à Chisinau : "On est prié de laisser son flingue au vestiaire."

Toujours à Chisinau, à l’entrée d’un théâtre.

« Interdit au professeur Tournesol » ? Que nenni.

Il est interdit de manger des graines de tournesol à l’intérieur. Ce grignotage traditionnel laisse en effet traîner des coques vides. Et la moquette en devient plus difficile à nettoyer.

tournesol interdit

Affichette à Chisinau : Tournesol interdit.

À bientôt pour quelques autres clichés insolites…

Chisinau, Moldavie : Spectacle tsigane « Enigma Romilor »

Enigma Romilor à Chisinau : l'affiche du spectacle

Enigma Romilor à Chisinau : l'affiche du spectacle.

Ce soir, au théâtre « Ginta Latina » (centre de Chisinau), représentation de « Enigma Romilor ».

La prestation s’apparente plus à de la bonne variété et à de la « revue parisienne » inspirée par la culture tsigane qu’à Boban Markovic, Erika Serre ou Aline Miklos (clin d’œil aux Parisiens qui profitent régulièrement de ces deux grandes artistes). Il reste agréable, coloré, servi par de belles voix, des musiciens talentueux et des danseurs performants.

Quelques extraits en video sur « Youtube » :

J’en oublierais presque que, à la caisse, il a semblé nécessaire de me préciser que c’était des Roms, « mais des Roms intelligents » (sans blague ?). D’autant que, d’un point de vue professionnel, dans le but de casser un stéréotype, la démarche est techniquement justifiable. Je pense d’ailleurs que cette expression malheureuse venait vraiment d’un « bon sentiment ».

Pendant ce temps, nos « médias » continuent de dépeindre la Moldavie sous un jour particulièrement sinistre. Cela finira peut-être par influer plus sur leur réputation que sur celle de ce pays.

Fête des 575 ans de la ville de Chisinau (Kishinev) – Photos

%d blogueurs aiment cette page :