Archives du blog

Moldavie, 23 février : « Merci, grand-père, pour la Victoire ! »

Moldavie, 23 février : « Merci, grand-père, pour la Victoire ! »

Le 23 février est la date anniversaire du décret portant création de l’Armée Rouge. C’est maintenant le jour du défenseur de la Patrie, qui joue, en Russie, un rôle un peu complémentaire de celui du 8 mars, le jour de la Femme.
La Moldavie n’a pas oublié sa courageuse participation au combat contre le nazisme de l’ensemble des peuples soviétiques et, en cette occasion, un petit-fils anonyme à garé ce side-car historique à l’angle du boulevard Stefan-cel-Mare et de la rue Ismaïl. On peut y lire, à l’arrière : « merci, grand-père, pour la Victoire » — la Victoire (Pobeda) avec une capitale est évidemment celle qui a vu 85% du potentiel militaire des fascistes (allemands et leurs alliés) détruit sur le front de l’Est. À l’avant est écrit : « Pour la Mère patrie (rodina), 1941-45. »
Combien de petits-fils de partisans et FFL français rendront un tel hommage à leur grand-père ?

23 février : "Merci, grand-père, pour la Victoire." (side-car soviétique)

23 février : "Merci, grand-père, pour la Victoire." (side-car soviétique)

Mésanges dans un arbre enneigé (photos) :)

Moldavie, démographie : des chiffres inquiétants.

Moldavie, démographie : des chiffres inquiétants.

D’après le journal Timpul du 8 février 2012, la Moldavie aurait perdu un million d’habitants en 10 ans.

Le journal cite Lucia Spoială, du bureau national de la Statistique, qui aurait précisé que la population du pays était passée, depuis 2002, de 4,4 millions de personnes en à 3,5 millions environ.

À l’échelle du pays, il s’agit d’une grave dépression démographique, comparable à une perte de plus de 15 millions d’habitants pour un pays comme la France.

Le prochain recensement est prévu en 2014.

République moldave

République moldave

La Moldavie consolide sa force aérienne ?

D’après le site Karadeniz, la République moldave prévoirait d’acheter pour 24 millions de dollars (environ 17 millions d’euros) d’aéronefs militaires.

Lien en moldave : Avioane de lupta si elicoptere pentru armata R. Moldova

Il s’agirait d’avions et d’hélicoptères, sans plus de précision pour l’instant. Les seuls conflits internationaux envisageables pour la Moldavie pourraient avoir lieu (et de façon tout à fait théorique) soit avec la Roumanie, soit avec l’Ukraine. Dans les deux cas, les aéronefs seraient cloués au sol car potentiellement abattus dès le décollage par la DCA adverse, du fait de l’absence de profondeur stratégique du pays. Dans ce cas, comme dans le cadre de la défense de la souveraineté aérienne, un système de DCA par missiles semblerait plus pertinent. En effet,  un tel système peut être activé en un temps très bref et interdire l’espace aérien à tout aéronef hostile. Il constitue de plus une menace crédible au-delà des frontières. Tenant compte aussi de cette absence de profondeur stratégique, l’interception d’un aéronef suspect semble correspondre à une capacité peu probable, le suspect ayant le temps de traverser complètement le pays avant qu’un intercepteur, même en alerte maximale, ne puisse décoller et intervenir. Par ailleurs, la mise en place d’une patrouille aérienne permanente serait irréaliste à l’échelle du pays.

L’article cité parle aussi d’une possibilité d’engager ces moyens dans le cadre d’opérations de l’ONU.

Chisinau, Moldavie : la statue de Pouchkine prise pour cible

Moldavie, grands froids : le marché se chauffe à la bougie ! (photos)

À Chișinău, capitale de la Moldavie, les températures minimales se situent entre -22°C et -11°C, en ce moment. Bien entendu, la « température ressentie » est nettement plus froide. On n’en fait pas toute une histoire, on s’adapte.

Vendre des herbes aromatiques, des légumes et des fruits frais lorsque l’air dépasse à peine la température d’un congélateur est inconfortable, c’est aussi assez compliqué. En effet, beaucoups de produits sont inutilisables après avoir été congelés.

Certains revendeurs n’exposent qu’un exemplaire de chacun de leurs produits, les stocks sont conservés à l’abri du froid dans un fourgon. Si vous commandez une livre d’oignons, par exemple, on ouvre la porte du camion et on pèse votre commande à l’intérieur. Quand vous avez le produit en main, on vous conseille de vite aller le mettre au chaud parce que, dans le sachet, ça va se congeler très vite !

Les revendeurs de fines herbes et de salades ont recours à un autre système : une caisse vitrée dans laquelle brûlent quelques bougies. Un vieux truc « de survie » pour chauffer une petite tente ou un abri de neige. Les bougies font monter la température et maintiennent l’ambiance au-dessus du seuil de congélation à l’intérieur de ce présentoir. C’est astucieux et efficace, c’est aussi plaisant à regarder, et ça donne envie d’acheter ces bons produits frais.

Quelques photos de ce dispositif artisanal « anti-congélation » :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

À Chisinau, il en a de nombreux petits marchés et un grand, très populaire, appelé Piaţa centrală (prononcer piatsa cenn’trale). On y trouve de tout, de l’alimentation à l’habillement en passant par les copies de clefs et les ceintures en poil de chien. Nous lui consacrerons bientôt un article.

70% des Moldaves de plus de 15 ans sont des putes, selon un magistrat français.

Il y a des gens qui donnent dans la mesure et rigueur, d’autres qui préfèrent les effets de manche.

Pour certains, effet de manche semble rimer avec démence sénile. Une dépêche de l’AFP reprise par Google News nous informe qu’un magistrat français, Yves Charpenel, par ailleurs président d’une officine abolitionniste, aurait affirmé, sans même un conditionnel de prudence : « En Moldavie […], pays extrêmement pauvre, 70% des femmes de 15 à 25 ans se sont prostituées au moins une fois, [selon lui.] »

Il est permis de se demander si de tels propos ne suggèrent pas le besoin d’une expertise psychiatrique du personnage.

Une fois de plus, quelque histrion à envie de dire n’importe quoi et c’est la Moldavie qui est prise pour cible. Ordinairement, on se contente de généralités : « pays le plus pauvre d’Europe » (c’est pas faux), « mafia à tous les étages » (ni plus, ni moins qu’ailleurs), « trou noir » (le commentaire serait déplacé) et autre gentillesses. Voici une nouvelle forme de commentaires : la statistique surréaliste.

Une occasion d’ouvrir une nouvelle rubrique, « Moldavophobie », où nous exposerons à l’occasion les propos antimoldaves, qu’il relèvent du stéréotype, de l’ignorance, de la propagande xénophobe ou du simple crétinisme de leurs auteurs.

La dépêche de l’AFP sur Google News.

Chisinau – Tiraspol : début de réchauffement des relations ? La Transnistrie supprime les droits de douane spéciaux.

Les « droits de douane » spéciaux sur les marchandises « importées » du reste de la Moldavie vient d’être supprimé unilatéralement par la partie transnistrienne.

L’une des premières décisions du nouveau président de la province sécessionniste, Eugène Chevtchouk, aura donc été de supprimer la taxe de 100% sur les marchandises produites dans le reste de la Moldavie. Cette suppression va dans le sens d’un jeu « gagnant-gagnant » avec Chisinau. Le récent changement de pouvoir en Transnistrie pourrait peut-être faciliter un rapprochement entre les deux parties de la Moldavie, en conflit depuis une vingtaine d’années.

Cette taxe spéciale avait été mise en place en 2006 par le précédent président de la PMR, Igor Smirnov, en réponse à une tentative d’isolement de la province sécessionniste par Chişinău et l’ancien pouvoir ukrainien, celui de Iouchtchenko.

Poste frontière de la PMR

un "bureau de douane" transnistrien

Après la mort d’un automobiliste, manifestation antirusse à Chisinau.

Transnistrie, 25 décembre 2011 : second tour des élections présidentielles

Les estimations recueillies sur place donnent Chevtchouk (Шевчук) gagnant de façon assez nette. La participation serait en forte baisse.

Au second tour, il n’y a pas de taux de participation minimum pour valider les élections. Il y aurait annulation si l’option « contre tous les candidats » arrivait en tête, ce qui est peu imaginable.

Plus d’informations bientôt dans cet article. Un commentaire sera posté pour les signaler.

Suite :

Retour à Tiraspol’ pour le second tour des élections présidentielles.

Je vous avais rapporté quelques impressions du premier tour des élections (voir cet article). Aujourd’hui, retour sur place pour le second tour.

Voyage aller en taxi pour changer un peu (un peu plus de 15 euros). Rien de neuf à signaler, sauf que le conducteur préfère faire le plein de GPL à Chişinău qu’à Tiraspol‘. Il dit que le carburant est beaucoup moins cher ici. Retour en minibus : rien de particulier à signaler non plus, sauf qu’un voyageur ayant dépassé l’heure limite de son « visa » est invité à descendre du bus pour un contrôle, il y va avec le sourire et revient cinq minutes plus tard, toujours souriant.

Petite visite de quelques bureaux de vote. Seuls changements notables :

  • Il y a deux candidats au lieu de six (c’est le second tour !) ;
  • Certains bureaux qui diffusaient de la musique de variété à l’extérieur ne le font plus (d’autres continuent de le faire).

En dehors de ça, à part le bris de deux « sucettes » d’affichage vite réparées (il y avait encore des éclats de verre par terre), Tiraspol’ continue de ressembler à une tranquille petite ville de banlieue par un dimanche d’hiver. Une photo sera bientôt ajoutée à cet article. Photo ajoutée en bas de page.

À noter : très bons sushis, à des prix plus intéressants qu’à Chisinau, rue du 25 Octobre, dans un resto tout neuf 🙂

Aucune tension n’est perceptible, pourtant les gens s’attendent à des changements dans la province indépendante : « En bien ou en mal, qui peut savoir ? »

Comment se fait-il qu’un outsider comme Shevchuk (Biographie, en russe, d’Eugène Chevtchouk / Евгений Васильевич Шевчук) puisse arriver en tête des élections (imaginez Marine Le Pen ou Jean-Luc Mélenchon gagnant en France en 2012 !) ? Plusieurs réponses sont données. Il ne m’est pas possible de savoir si elles sont seulement celles des personnes rencontrées ou si elles seraient aussi proposées par beaucoup de gens :

  • usure du pouvoir, Smirnov est président depuis 20 ans et la nouvelle génération n’a pas connu la guerre ;
  • Smirnov a tenu toutes ses promesses et il n’en a pas de nouvelles, il faut passer à quelque chose de neuf (je conçois que l’argument puisse paraître surréaliste en France) ;
  • Chevtchouk est un enfant du pays, ça inspire confiance ;
  • Kaminskij a pu apparaître comme un « clone » de Smirnov, du fait de ses liens (réels ou supposés) avec le groupe commercial Sheriff…

Je ne me risquerai pas à des prévisions relatives aux conséquences de ces élections, la situation est bien trop complexe ici. Mais vous aurez des infos… s’il y en a.

A bientôt. 🙂

Claude.

PS : Vous pouvez trouver plus d’informations locales en français sur ce site : http://radiopmr.org/golos/list/7/

L'une des deux "sucettes" vandalisées

L'une des deux "sucettes" vandalisées

%d blogueurs aiment cette page :